« Le sens de la communauté est quelque chose qui nous définit et nous rend uniques. »

Publié le ven 16/06/2023 - 11:05
Saviez-vous que tous les réseaux nationaux de la recherche et de l'enseignement (NREN) en Europe, tels que Belnet, sont connectés via le réseau GÉANT ? Pour relever avec succès les nombreux défis auxquels sont confrontés les établissements de recherche et d'enseignement, la coopération transfrontalière revêt une importance capitale. Au travers de son programme communautaire, GÉANT s'engage pleinement à partager ses connaissances et son expérience pour renforcer son impact et à soutenir les établissements R&E de la meilleure façon qui soit. Belnet s'est récemment entretenu avec Paul Rouse, Chief Community Relations Officer chez GÉANT, au sujet du pouvoir de la collaboration et des valeurs uniques partagées par la communauté.

Quel est votre rôle au sein de GÉANT ? Quel est l'aspect le plus intéressant de votre travail au sein de GÉANT ?

J'ai commencé par les achats. J'ai créé le département, constitué une équipe. J'y suis resté une dizaine d'années. Il y a trois ans, j'ai été promu au poste de Chief Community Relations Officer. J'ai donc maintenant le plaisir de faire partie de l'équipe de direction de GÉANT et de m'occuper d'une grande équipe de spécialistes dans des domaines tels que les relations internationales, l'engagement dans la recherche, l'apprentissage et le développement, et les relations avec les partenaires – qui ont tous pour mission de servir notre communauté. Mon équipe veille au maintien des bonnes relations avec nos membres, tels que Belnet, et elle joue également un rôle de coordination dans la collaboration avec nos pairs internationaux. Une partie de l'équipe se concentre sur le développement des compétences dont notre communauté a besoin pour collaborer efficacement à des projets, tels que le projet GÉANT.

GÉANT est comme l'univers, toujours en expansion. Le travail, la technologie et les communautés avec lesquels nous travaillons ne cessent de croître et de s'étendre. Notre environnement comporte son lot de défis, mais il est aussi fort inspirant d'essayer de nouvelles choses, de pouvoir travailler avec des collègues de toute la communauté pour relever ces défis. Il est fascinant de voir les fruits de notre travail et d'être en contact si étroit avec les secteurs de la recherche et de l'enseignement.

Pouvez-vous expliquer ce que sont le projet GN5-1 et son projet jumeau GN5-IC1, et ce que GÉANT souhaite réaliser avec ces projets ?

Tout d'abord, ces projets sont extrêmement importants pour notre organisation et notre communauté, car ils représentent à eux deux la plus grande contribution à notre financement global. Au nom de GÉANT et du Consortium GÉANT des partenaires NREN, nous avons signé un accord-cadre de partenariat GN5 d'une durée de 7 ans avec la Commission européenne dans le cadre d'Horizon Europe. Dans le cadre de cet accord de partenariat, des subventions spécifiques ont été accordées aux projets GN5-1 et GN5-IC1. Ces projets reposent sur des projets antérieurs, qui résultent d'une coopération de longue date avec la Commission européenne.

Chacun de nos 39 partenaires (les NREN) peut contribuer au projet GÉANT. Ils reçoivent un financement en échange des ressources qu'ils fournissent. Au total, plus de 500 personnes de la communauté contribuent au projet GÉANT.

Le champ d'application du projet GN5-1 s'appuie sur l'infrastructure de connectivité et de services de notre communauté. Outre la mise en place et l'entretien d'un réseau performant pour la recherche et l'enseignement, cela inclut des services d'authentification fiables (Trust & Identity), des services sur le cloud, etc. Tout cela nécessite un véritable écosystème d'expertise et d'expérience. Ce que nous faisons au sein de GÉANT, et plus particulièrement au sein de mon équipe, c'est de construire et d'entretenir ces relations.

Le projet GN5-IC1 se concentre quant à lui sur la connectivité intercontinentale avec au moins deux autres continents. Actuellement, environ 25 % du trafic circulant sur le réseau GÉANT est destiné à l'extérieur de l'Europe. Nous nous attendons à ce que le trafic intercontinental de données augmente encore à l'avenir, et il est donc essentiel que nous puissions également collaborer et communiquer avec le reste du monde. Le projet GN5-IC1 se concentre sur les régions d'Amérique du Nord et d'Asie-Pacifique, et un plan est prévu pour orienter nos efforts au-delà de ces territoires.

Avec le projet BELLA-S1, nous avons déjà réussi, avec nos partenaires, à établir une infrastructure de câbles sous-marins assurant une connectivité de grande capacité entre l'Europe et l'Amérique du Sud, pour s'interconnecter avec un réseau régional REN en Amérique du Sud développé par RedCLARA (le « REN for LATAM »). Auparavant, ce trafic de données devait passer par l'Amérique du Nord. Le projet GN5-IC1 s'appuie sur ces investissements précédents, dans le but de contribuer à l'avancement de la recherche et de l'enseignement à l'échelle mondiale.

Pourquoi la coopération transfrontalière au sein de la communauté NREN est-elle si importante ? De quelle manière GÉANT encourage-t-il ces collaborations ?

GÉANT lui-même est soutenu par quelque 140 collaborateurs, ce qui n'est pas suffisant pour construire et entretenir un réseau de la taille et de l'envergure du nôtre. Si nous voulons réussir, il est donc essentiel que nous collaborions avec notre communauté en mettant en commun les connaissances, l'expérience et les compétences locales, pour ainsi obtenir des économies d'échelle.

Le projet GN4-3N, qui s'achèvera en décembre 2023, en est un exemple. Pour ce projet, les règles de financement de la Commission européenne ont été modifiées, ce qui nous permet de réaliser pour la première fois des investissements à long terme (15 ans) dans nos infrastructures à travers l'Europe. En travaillant avec la CE pour modifier et optimiser la structure du projet, nous avons obtenu la totalité du financement au moment même où nous devions mettre la main au portefeuille, et non par tranches comme c'est le cas habituellement. Nous avons alors dû décider, en tant que communauté, comment dépenser cet argent. Nous cherchions à atteindre l'égalité en vue d'éliminer la fracture numérique. L'idée était donc que chacun de nos membres dispose de la même capacité potentielle.

Map of Europe with GÉANTs network infrastructure


Pour cartographier avec précision le réseau GÉANT – qui s'étend du Portugal à la Turquie –, nous avions besoin de l'expertise et des compétences locales de nos NREN partenaires. La topologie de référence a été esquissée sur la base d'études locales, chacune représentant une petite pièce du puzzle. Si nous avions mené cet exercice de manière centralisée, nous aurions pu passer à côté de questions importantes ou proposer une solution « passe-partout » qui n'aurait pas été bien accueillie par nos membres. Il s'agissait d'une entreprise commune dans tous les sens du terme.

Le réseau GÉANT couvre plus de 30 000 km de connectivité, dont une grande partie est fournie par la communauté. Lorsque c'était à la fois techniquement judicieux et financièrement viable, nous nous sommes concentrés autant que possible sur le partage de la connectivité entre les NREN. Il ne s'agit donc pas seulement de l'infrastructure ; il est aussi question de confiance et d'engagement. Le rôle de GÉANT est d'aider à coordonner et à diriger cette collaboration, comme le ferait un agent de police au milieu d'un carrefour très fréquenté.

Par ailleurs, la force de la communauté réside également dans l'aspect humain. Lorsque la guerre a éclaté en Ukraine, notre communauté a fait tout ce qui était en son pouvoir pour soutenir nos collègues d'URAN, le NREN ukrainien. En tandem avec la Fondation Vietsch, GÉANT a assumé un rôle de coordination pour collecter des fonds pour URAN et ses employés. Des membres de notre communauté ont fait don d'équipements ou fourni des serveurs pour héberger les services URAN. Ce sens de la communauté est quelque chose qui nous définit et nous rend uniques.

En quoi consiste le GÉANT Community Programme ? En quoi profite-t-il aux organisations européennes du domaine R&E ?

Le GÉANT Community Programme peut être décrit comme l'espace de collaboration de notre communauté, où les membres peuvent partager leurs défis et leurs problèmes, fournir des solutions, tester des idées mais aussi acquérir des connaissances afin de continuer à se développer.

Le Community Programme comprend 9 thèmes, allant des services et technologies de réseau traditionnels à la santé ou à l'enseignement, par exemple. Il implique aussi la création de Task Forces et de SIG ou groupes d'intérêts spéciaux. Les Task Forces ont généralement pour tâche d'étudier un sujet spécifique pendant une période de temps définie. Les SIG, quant à eux, sont des groupes de travail permanents. Mon équipe participe à l'organisation des Infoshares, où des experts de notre communauté partagent leurs connaissances. Les thèmes de ces Infoshares sont très variés, allant des changements législatifs à l'évolution quantique en passant par la nouvelle législation NIS-2.

Notre Community Programme est très apprécié par nos membres, quelle que soit leur expérience professionnelle ou leur position dans l'organisation. Il offre, en outre, un environnement à la fois très favorable et informel, où les membres viennent développer leurs compétences professionnelles. Pendant la crise sanitaire, toutes les réunions étaient organisées en ligne. Aujourd'hui encore, de nombreuses réunions se déroulent sous forme hybride, ce qui a considérablement réduit les obstacles à la participation.

Le GÉANT Community Committee (GCC), qui supervise notre Community Programme, joue lui aussi un rôle déterminant. Chaque année, notre Innovation Programme accorde des subventions d'un montant maximal de 30 000 euros à nos membres et à leurs institutions affiliées afin d'explorer des idées novatrices susceptibles de profiter à notre communauté. Un montant pouvant aller jusqu'à 300 000 euros est attribué chaque année pour soutenir jusqu'à 10 projets, et nous continuons à accueillir de nouvelles organisations dans le programme, qui commence donc réellement à porter ses fruits.

Le CCG se prononce aussi sur la remise du GÉANT Community Award, par lequel nous honorons chaque année une personne qui s'est engagée de manière exceptionnelle dans le développement de nos services et de nos technologies. Chaque membre de la communauté étant libre de proposer la candidature d'un collègue, il s'agit réellement d'un prix décerné pour et par la communauté. Comme d'habitude, ce prix est décerné lors de notre conférence TNC annuelle. La dernière en date s'est tenue récemment à Tirana.

Picture from the TNC23 GÉANT Community Award

Un grand nombre des services que nous utilisons aujourd'hui dans le domaine de la recherche et de l'enseignement ont vu le jour dans le cadre du Community Programme. Pouvez-vous donner quelques exemples ?

L'exemple le plus connu est sans aucun doute eduroam. C'était en 2002. L'idée avait été lancée de fournir aux membres de notre communauté un accès facile et sécurisé à un réseau Wi-Fi. Une solution qui permettrait aux étudiants et aux chercheurs – grâce aux identifiants de leurs propres institutions – de se connecter sans problème aux réseaux Wi-Fi d'autres universités ou centres de recherche, pour ainsi favoriser la mobilité. Le succès a été au rendez-vous, et l'année dernière, la disponibilité mondiale d'eduroam représentait 6,4 milliards d'authentifications.

Un autre bel exemple ? Nos efforts en matière de connectivité intercontinentale. Avec le caractère international des grands projets de recherche qui devient de plus en plus affirmé, la connectivité et la collaboration à l'échelle mondiale sont essentielles. En 2019, 6 NREN ont uni leurs forces pour établir une liaison 100G à haute performance entre l'Europe et Singapour afin d'améliorer la connectivité. Cette connectivité mondiale est essentielle pour nous aider à soutenir des projets de recherche majeurs tels que le programme Copernicus et ITER, le plus grand projet de réacteur de fusion au monde.

Quels sont, selon vous, les principaux défis auxquels la communauté européenne de la recherche et de l'enseignement est actuellement confrontée ? Quel serait le rôle de GÉANT et des NREN pour les aider à relever ces défis ?

Mon équipe est en contact étroit avec nos membres ; elle connaît donc mieux que quiconque les défis qu'ils doivent relever au quotidien. Les NREN ont une raison d'être spécifique et un rôle important à jouer dans la société. Malgré cela, ils doivent encore et toujours démontrer pourquoi ils sont nécessaires, et leur durabilité est cruciale. Notre communauté travaille avec des technologies de pointe, ce qui rend difficile la recherche et le recrutement de spécialistes, en particulier sur un marché de l'emploi compétitif. Notre rôle est d'aider nos membres à partager leur expertise et leur expérience, afin qu'ils puissent relever ces défis.

Bien entendu, le paysage technologique est lui aussi en constante évolution. L'impact de l'intelligence artificielle et des services tels que ChatGPT sont des questions que nous suivons de près au sein de notre Task Force sur l'enseignement. Au sein de GÉANT, nous avons essayé de définir 5 thèmes que nous considérons comme les principaux domaines de préoccupation susceptibles de nous affecter à court et à moyen terme. Dans ces 5 domaines, nous examinons les ressources, coordonnons les activités et nous nous accordons avec nos membres pour réaliser une vision commune.

Le premier d'entre eux est l'émergence de l'European Open Science Cloud (EOSC). Certains de nos membres, comme Belnet, ont été désignés comme organisation mandatée pour représenter leur pays au sein du conseil de l'EOSC. Nous devons donc comprendre les services dont les chercheurs ont besoin pour assurer cette transition vers une science ouverte. J'espère que beaucoup de vos membres connaissent le concept de données FAIR (données faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables), qui est étroitement lié à l'EOSC.

Un deuxième domaine concerne nos efforts pour construire une infrastructure HPC pour l'Europe, afin d'exploiter l'avantage concurrentiel de l'Europe autour de toutes les données de recherche dont nous disposons. Nous fournissons des services de connectivité à l'échelle du térabit, ainsi que des services d'authentification fiables. Nous devons bien coordonner nos activités afin d'être en mesure de répondre aux besoins de la communauté HPC.

Le domaine quantique est le troisième domaine stratégique. Nous sommes actuellement dans une phase de recherche technologique, où nous mettons en place des projets pilotes et des preuves de concept pour voir comment la technologie peut être utilisée. Bien entendu, il existe un large éventail de sujets liés à la quantique.

Le quatrième domaine est l'aspect intercontinental. Si le projet GN5-IC1 y contribue de manière significative, nous participons également à des initiatives de coopération intercontinentale en dehors de celui-ci. Par exemple, l'initiative « Global Gateway » de la Commission européenne, une nouvelle stratégie européenne globale qui vise à établir des liens durables et fiables, et tracer ainsi la voie à suivre pour que l'Europe puisse établir des connexions solides avec le reste du monde. Un nouveau système de câbles en Méditerranée, reliant l'Afrique du Nord à l'Europe, sera l'une de nos premières actions au titre de cette initiative, en collaboration avec l'ASREN, le réseau R&E des États arabes.

Le cinquième et dernier domaine d'intérêt est le projet GÉANT lui-même. Son ampleur, son engagement et son impact sur l'ensemble de notre communauté signifient que nous gardons cela à l'esprit à tout moment dans l'intérêt de GÉANT, de ses membres tels que Belnet, de la Commission européenne et de tous les utilisateurs qui bénéficient de la connectivité, de l'identité et des services au-dessus du réseau, pour mener à bien leurs activités dans la recherche et l'enseignement.

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant?

Copyright © 2024 Belnet.