L'IMEC utilise le service International Connectivity pour les grands projets de recherche internationaux

Publié le lun 26/06/2023 - 10:20

International Connectivity utilise le réseau GÉANT, dont Belnet est un maillon. Les institutions belges de recherche et d'enseignement supérieur peuvent ainsi établir des connexions Point-to-Point avec des sites à l'étranger sans quitter le réseau de recherche. Nous nous sommes entretenus avec Brecht Vermeulen du groupe de recherche IDLab de l'IMEC, qui utilise le service depuis des années pour son infrastructure de recherche.

Pouvez-vous expliquer brièvement les domaines de recherche dans lesquels l'IMEC est actif et votre rôle en particulier ?

L'IMEC est un centre de recherche indépendant actif à la fois dans le domaine du matériel (semi-conducteurs, technologie des puces) et des plateformes technologiques numériques (connectivité internet, science des données), les deux entités collaborant dans des domaines d'application tels que la santé intelligente, la mobilité intelligente, les villes intelligentes, l'enseignement intelligent, etc.

Je travaille moi-même pour le groupe de recherche Internet & Data Lab, qui relève à la fois de l'IMEC et de l'UGent. IDLab compte environ 40 professeurs et 300 chercheurs et est actif dans des domaines de recherche tels que les réseaux sans fil, le traitement multimédia et les applications autour de l'IA, de la robotique et de l'apprentissage automatique. Pour soutenir la recherche, nous gérons diverses infrastructures de recherche telles que des robots physiques, une infrastructure cloud, un laboratoire domestique où les gens peuvent installer des dispositifs de recherche et voir comment ils interagissent. En tant que Lab Manager chez IDLab, je suis responsable de la gestion technique de toutes ces infrastructures.

Organisation IMEC

Pouvez-vous donner un exemple de projet de recherche international qui a utilisé le service International Connectivity ?

Le projet Fed4FIRE, qui a débuté il y a dix ans et qui s'est poursuivi jusqu'en 2022. L'IMEC dispose lui-même d'un certain nombre d'infrastructures d'essai, mais des infrastructures similaires existent dans le reste de l'Europe. Il y a une dizaine d'années, la Commission européenne a demandé que toute cette infrastructure soit facilitée et uniformément accessible. À ce moment-là, nous avons lancé le projet Fed4FIRE pour atteindre ces objectifs et nous avons commencé à examiner s'il était utile d'avoir des connexions directes au niveau de la couche 2, car on peut alors facilement avoir des connexions Gigabit et une largeur de bande fixe ou faire de la recherche avec de nouveaux protocoles internet.

Depuis Gand, nous avions des connexions non seulement en Europe, mais aussi aux États-Unis, au Japon et même brièvement en Corée du Sud. Nous pouvions alors être le point de convergence de diverses expériences. Si quelqu'un voulait établir une connexion entre un banc d'essai européen et les États-Unis, il pouvait facilement le faire par notre entremise. Nous avons fourni l'infrastructure de test et la connectivité entre les deux lorsque cela était nécessaire.

En 2016-2017, une expérience de collaboration a été menée avec les États-Unis. Le site de l'IMEC à Gand était connecté à certains bancs d'essai européens offrant des ressources cloud et nous étions connectés à Internet2 aux États-Unis, mais aussi au Washington Exchange. De cette manière, nous avions une connexion triangulaire. Un certain nombre de bancs d'essai américains, reliés à l'un des centres de données d'Amazon Web Services, ont également participé à l'opération. L'objectif de cette expérience était de fournir une sorte de Netflix avant la lettre : nous avions des backends de streaming vidéo en Europe et aux États-Unis et nous émulions des utilisateurs qui diffusaient ensuite des vidéos. Nous voulions savoir ce qu'il advenait du trafic lorsque nous interrompions l'un des principaux liens et comment les caches pouvaient être optimisés dans l'ensemble des sites. Cette expérience n'aurait pas été possible à l'époque avec des infrastructures commerciales. Au total, un millier de serveurs différents ont été impliqués dans cette expérience.

Set-up of an experiment on global video streaming

Quels sont pour vous les principaux avantages du service International Connectivity ?

Le principal avantage est la bande passante dédiée, avec la certitude qu'une connexion Gigabit peut être utilisée en tant que telle. Mais aussi la latence qui est toujours la même et le fait que nous pouvons tester d'autres protocoles internet indépendamment de protocoles existants comme IPv4 et IPv6.

Et enfin, que nous ayons pu mettre en place la connexion de manière flexible. Nous disposons d'une connexion dédiée de 10 gigabits à GÉANT et nous utilisons des VLAN pour répartir nous-mêmes la connectivité. Si plusieurs expériences se déroulent en parallèle et qu'elles n'ont pas besoin de la totalité de la bande passante, nous pouvons utiliser des VLAN pour en affecter des parties à différentes expériences.

Utiliserez-vous encore le service International Connectivity pour de futurs projets ?

Oui, un nouveau projet SLICES a été lancé après Fed4FIRE. Ce projet s'inscrit dans le cadre du financement ESFRI des grandes infrastructures de recherche, dont le superordinateur PRACE et le collisionneur du CERN sont d'autres exemples. SLICES se concentre spécifiquement sur l'informatique et la communication. Une vision à très long terme – jusqu'en 2040 – est adoptée pour poursuivre le déploiement de SLICES au niveau européen. L'objectif est d'utiliser les infrastructures existantes, mais aussi de nouvelles infrastructures, où la connectivité sera encore plus importante. L'un des cas d'utilisation que nous voyons concerne la 5G, la 6G. Par exemple, avoir un réseau radio local et un réseau central nécessitant des connexions à large bande vers les différents sites radio. Tout est purement expérimental, nous n'allons pas déployer un service 5G opérationnel. Mais pour pouvoir franchir les étapes suivantes vers la 6G ou plus avec des appareils d'utilisateurs très spécifiques, par exemple sur les sites universitaires. Nous essayons d'offrir ce qui ne peut pas encore l'être au niveau commercial.

À l'origine, nous avions deux fois 1 gigabit et nous sommes passés à 10 gigabits il y a environ deux mois, mais je pense que dans 20 ans, nous pourrions atteindre 100 gigabits, voire plus.

Comment avez-vous vécu la coopération avec Belnet ?

Nous avions conclu un accord avec Belnet selon lequel nous disposions d'une liaison dédiée avec le réseau GÉANT et dès que nous voulions créer des VLAN supplémentaires, Belnet n'avait rien à faire, c'était une ligne transparente. GÉANT devait ensuite configurer les VLAN vers, par exemple, la France et Amsterdam. C'était la première fois que Belnet mettait en place le service International Connectivity de cette manière et cela nous a permis de progresser considérablement. Nous avons été très satisfaits de la flexibilité et de la compréhension du personnel technique quant à ce que nous voulions exactement, ainsi que de la rapidité avec laquelle tout a été mis en place.

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant?

Copyright © 2024 Belnet.