Chris De Loof nous parle du rôle de Belnet en tant qu'organisation belge mandatée pour l'EOSC

Publié le mer 13/09/2023 - 13:05

En 2020, Belnet a été désigné comme organisation mandatée (Mandated Organisation – MO) en Belgique pour l'EOSC-A. L'organisation mandatée joue un rôle important, d'une part, en facilitant le développement de l'EOSC dans le pays et, d'autre part, en représentant et soutenant la communauté nationale de la recherche au niveau international. Belnet est le réseau national belge de la recherche et de l'enseignement (NREN), ce qui signifie que Belnet fournit les connexions physiques à l'écosystème de l'EOSC, mais n'est pas un organisme de financement de la recherche ni, lui-même, un organisme de recherche. Dans cette interview, nous découvrons comment Belnet représente les besoins de la communauté de la recherche en Belgique, comment elle s'engage avec cette communauté et quels sont les points forts et les défis que l'organisation détecte dans le domaine des développements de l'EOSC en Belgique.

Représenter la communauté belge de la recherche au sein de l'EOSC

Belnet connecte entre elles les personnes et les organisations. Le NREN fournit des solutions créées dans les écosystèmes EOSC ou GÉANT et offre ces services en tant que partenaire de confiance à la communauté des chercheurs. En outre, des réunions de coordination de l'EOSC sont organisées, au cours desquelles les parties prenantes peuvent partager leurs opinions et travailler à l'élaboration d'une position commune. Dans ces réunions, Belnet s'efforce de représenter les organisations qui ne sont pas directement représentées au sein de l'EOSC-A, bien que Belnet soit favorable à ce que chaque organisation belge ayant un intérêt pour la science ouverte et l'EOSC puisse devenir membre ou observateur. Chris De Loof, Conseiller EOSC chez Belnet : « En tant que MO, nous sommes chargés de traduire et de communiquer la mission de l'EOSC dans le contexte national, d'informer nos membres belges, les observateurs et les autres parties prenantes sur le développement de l'EOSC et d'aider à faciliter la discussion. Nous représentons tous les membres et observateurs de l'EOSC-A en Belgique qui sont soit une université belge, soit une organisation de recherche. Le Belnet étant une infrastructure électronique nationale, nous couvrons la quasi-totalité du paysage de la recherche belge. Belnet est très bien placé pour connecter le spectre belge ». 

La grande différence avec d'autres organisations mandatées est que Belnet n'a pas de rôle de coordination dans le pays. Belnet facilite principalement la communication mutuelle et bidirectionnelle entre les organismes de recherche belges, les ministères et l'EOSC-A. En tant que facilitateur, il fournit des services techniques et garantit l'interopérabilité entre les parties prenantes de l'EOSC. La coordination nationale est actuellement assurée par le groupe de concertation Open Science de la Commission de coopération internationale et fédérale (CIS-CFS Open Science). Les cinq Régions de Belgique ayant des compétences communes en matière de recherche, d'innovation et/ou de science ouverte, elles sont toutes représentées ici.

Engagement et services avec et pour la communauté de la recherche et de l'éducation

ULiège« Pour l'instant, les activités d'engagement de Belnet sont fortement liées aux services techniques que nous offrons », déclare Chris. « Par exemple, grâce à nos communautés de pratique, nous interagissons avec les chercheurs (numériques), le personnel technique et les professionnels travaillant dans les organismes de recherche connectés au réseau de données Belnet. Il est essentiel de créer, de modérer et de stimuler une communauté de pratique des outils de la science ouverte. Nous le constatons même pour certaines solutions, comme l'outil DMPOnline.be. DMPOnline.be représente un développement essentiel pour la gestion des données de recherche et la science ouverte. Belnet a repris l'hébergement de l'outil et de sa communauté. La version actuelle de la plateforme DMPOnline.be est performante, mais c'est un outil assez statique. En tant que fournisseur de services, vous voulez évoluer et essayer d'automatiser au maximum les outils afin que les DMP puissent, par exemple, devenir lisibles par machine. Nous devons impliquer et consulter notre communauté de chercheurs pour réunir toutes les conditions nécessaires. Qui va donc nous donner les exigences ? Oui, notre communauté de pratique ».

Belnet participe au partage des connaissances autour du concept EOSC, mais en tant que partenaire technique, l'organisation ne forme pas les personnes aux compétences nécessaires pour devenir des praticiens de la science ouverte. Ils ne se définiraient même pas comme des experts dans le domaine général de la science ouverte, comme le dit Chris : « Les organismes de recherche sont souvent mieux placés pour expliquer les pratiques de la science ouverte. De son côté, Belnet s'attachera davantage à planter une graine dans le cœur des gens - même sceptiques - afin de gagner leur confiance et leur amour pour la science ouverte. Les chercheurs passionnés ou même les étudiants, les mouvements fondamentaux de l'Open Science, les développeurs de logiciels libres pour la recherche, ce sont eux qui créent de nombreuses initiatives professionnelles concernant l'Open Science, et surtout, ces étudiants et chercheurs : ils produisent des volumes de données ! »

En fournissant l'outil DMPOnline.be aux organismes de recherche, Belnet met en avant le processus du cycle de vie des données de recherche et aide les chercheurs à suivre toutes les étapes techniques impliquées, ce qui est important pour planifier leur propre gestion des données de recherche et, bien sûr, pour obtenir le financement de leurs projets. En outre, les chercheurs bénéficient du stockage Belnet grâce au contrat-cadre OCRE et sont connectés aux plateformes de conservation des données à long terme. L'infrastructure d'authentification et d'autorisation (authentication and authorization infrastructure – AAI) proposée par Belnet est cruciale pour la gestion des droits dans l'EOSC, parce que vous voulez donner l'accès à quelqu'un qui est défini et digne de confiance. L'AAI donne accès à d'autres services intéressants qui sont également liés à l'EOSC, tel que l'outil web FileSender qui permet d'envoyer de grandes quantités de données d'un endroit ou d'une personne à un/une autre de manière sécurisée. La plupart de ces services sont gratuits, ce qui correspond parfaitement à la vision de l'Open Science. Enfin, Belnet est en mesure de connecter les institutions de recherche au supercalculateur (high-performance computer – HPC) LUMI en Finlande, afin de gagner en temps de traitement.

Comment Belnet met en place des interactions bilatérales avec le niveau de l'UE

En tant que partenaire de recherche, Belnet utilise les développements européens et internationaux comme point de départ pour lancer des discussions sur l'amélioration ou le développement de nouveaux produits, solutions et services. L'autre point de départ, le plus important, ce sont les besoins, les cas d'utilisation et les exigences de leurs communautés, où le besoin d'alignement sur les développements en dehors de la Belgique est élevé et même inévitable. Belnet s'efforce d'impliquer autant que possible les organismes de recherche et les autres partenaires dans un processus de co-création ou de co-innovation en ce qui concerne la fourniture de nouveaux services ou de services actualisés. « Ces services ne présenteront pas seulement un intérêt pour nos propres utilisateurs, mais pourraient également profiter à la communauté des chercheurs au sens large », explique Chris.

« La manière la plus importante dont Belnet peut contribuer à l'EOSC à l'avenir est d'offrir la durabilité. Si nous considérons le paysage mondial des infrastructures électroniques pour la recherche, nous avons besoin de la capacité opérationnelle des NREN et des centres HPC nationaux pour la connectivité des données, les services, le traitement, l'approvisionnement et le stockage. Ce sont eux qui, avec quelques organisations de recherche bien équipées, garantissent l'opérationnalité de l'EOSC à long terme. Vous avez besoin de leur ancrage national, de leur équipement et de leurs connaissances techniques pour fournir un service à long terme aux chercheurs. Belnet garantit la durabilité et l'interopérabilité en tant que NREN : le niveau minimal et le plus durable de systématisation est l'infrastructure nationale. L'EOSC doit être considéré comme la somme européenne de toutes les infrastructures nationales de recherche et de commerce électronique, des communautés de science ouverte et des référentiels de données de recherche ouvertes, et doit être coordonné et gouverné au plus haut niveau par l'EOSC-A pour faire progresser la science ouverte et l'échange de données de recherche FAIR ».

Développements de l'EOSC : forces et défis en Belgique

La Belgique a été un des premiers pays à adopter le libre accès et dispose d'une large communauté de chercheurs qui promeuvent les pratiques de la science ouverte. La Belgique a été l'un des premiers pays à signer la déclaration de Berlin sur le libre accès et à créer des revues et des référentiels en libre accès. Belnet a toujours, dans son portefeuille, le référentiel en libre accès Orfeo qui est utilisé par les institutions fédérales de recherche. Plus récemment, la Belgique a signé la nouvelle Action 1 ERA : « Déployer les principes de la science ouverte et identifier les bonnes pratiques en matière de science ouverte », ce qui a eu un impact politique considérable. L'année dernière, la Belgique a transposé la directive européenne sur la propriété intellectuelle et l'information du secteur public dans la législation nationale, et Belnet étudie la directive sur les données ouvertes et les opportunités potentielles. Ces deux directives donnent aux organismes de recherche et aux autorités nationales davantage d'outils pour faire progresser la science ouverte. 

En outre, Belnet est impliqué dans le projet EOSC Focus financé par la CE et d'autres universités sont également partenaires dans d'autres projets liés à l'EOSC. La Belgique est fortement impliquée dans la réalisation des objectifs de l'EOSC, de l'Agenda stratégique pour la recherche et l'innovation (Strategic Research and Innovation Agenda – SRIA) et dans la science ouverte en général. Belnet fait partie de l'écosystème GÉANT et relie les organismes de recherche belges à d'autres infrastructures, solutions et organismes de recherche contribuant à l'EOSC. « Nous constatons une forte implication des membres belges dans les différentes Taskforces de l'EOSC-A, le cœur de l'EOSC. Les gens sont motivés pour donner à l'EOSC une orientation stratégique, mais bien sûr, comme dans d'autres pays, en Belgique aussi, on se heurte à des défis et à des obstacles au développement de l'EOSC », déclare Chris.

« Le plus grand défi est qu'il n'existe pas encore de cadre technique et d'interopérabilité robuste et transparent, et que la recherche et la guerre des talents pour trouver des data scientists et des data stewards sont âpres. Il n'existe pas encore de bon programme d'études pour devenir un data steward. En tant que MO, nous pouvons contribuer à relever ces défis. Mais nous n'en sommes pas encore au stade où nous pouvons échanger facilement et en toute sécurité des volumes de données FAIR entre communautés de recherche interdisciplinaires.

D'autre part, un flux continu de financement reste crucial pour l'augmentation et la mise en œuvre de la science ouverte. Par le passé, une partie de l'argent a été investie dans la formation de data stewards et dans la coordination de la science ouverte, mais une autre partie aurait dû être consacrée à l'élargissement de l'offre de services et à l'expansion de la fédération de l'EOSC. Des fonds d'amorçage sont nécessaires pour développer quelques prototypes. Le développement d'outils de recherche n'est pas une entreprise commerciale, bien qu'elle puisse l'être. Les technologies permettant de réaliser des travaux scientifiques de manière ouverte et FAIR coûtent de l'argent et des ressources humaines. Pour obtenir ce budget continu, il est très important que les politiciens et les organismes de financement perçoivent également les avantages de la science ouverte. La science ouverte est une transformation numérique de la science et crée de nouvelles opportunités et de nouveaux services. Le budget ne doit pas toujours provenir de fonds publics, mais la collaboration avec des acteurs commerciaux doit être possible, lorsqu'ils acceptent les principes de la science ouverte et des sources ouvertes.

En outre, la lenteur du processus peut constituer un obstacle à une diffusion plus large, et permettre de rater une occasion. Pour moi, la science ouverte, c'est la transformation numérique de la recherche. Cela signifie également qu'il ne faut pas négliger le changement culturel et le changement des mentalités. Il est très important d'acquérir ces compétences et la culture ad hoc, de suivre les principes d'une bonne gestion du changement ; la transformation numérique ne concerne pas seulement l'automatisation, elle est plus large que cela et inclut l'aspect humain et social. Il en va de même pour la science ouverte ».

Améliorations et impact de l'EOSC en Belgique

« L'avenir réside dans l'alignement sur les nouveaux espaces de données européens communs, les grandes infrastructures de recherche européennes, les infrastructures électroniques nationales et européennes pour la recherche et les partenariats dans le cadre d'Horizon Europe. Certaines briques d'espaces de données sont comme l'EOSC ; l'EOSC est « censé » devenir l'espace de données horizontal pour les données de recherche. Les espaces de données, tels que l'espace de données sur le Green Deal et la santé, reposent dans une large mesure sur l'interopérabilité des données de recherche spécifiques à un domaine. Pour l'EOSC, la communauté de pratique est constituée des chercheurs qui devront utiliser et réutiliser les données disponibles dans différents autres espaces de données (espace de données sur la santé, espace de données sur l'agriculture, espace de données sur la mobilité,...). Le cadre d'interopérabilité et l'architecture technique de l'EOSC deviendront le schéma directeur de l'espace de données de l'EOSC. Nous avons besoin de données interopérables, mais c'est, malheureusement, précisément ce qui nous manque : où sont les données, qui les possèdent, où peut-on les retrouver, où sont les métadonnées et les identifiants permanents. Il s'agit d'un domaine clé d'amélioration. Je pense que nous devons nous pencher, au plus vite, sur cette question. Le suivi peut aider, mais nous avons surtout besoin de résultats tangibles et de cas d'utilisation ».

En ce qui concerne l'impact, Chris affirme que « l'intérêt politique pour la science et les données ouvertes augmente. Cet intérêt se traduit par des politiques de haut niveau, des discussions, une législation, des moyens de contrôle et un financement, et la technologie se prépare à l'interconnectivité et aux services d'interopérabilité pour la science ouverte. Belnet a la possibilité de servir de ciment entre ces organismes de recherche, car la plupart des universités belges sont en train de mettre en place leurs propres infrastructures électroniques avec des référentiels de données de recherche, des data stewards compétents et des projets de politiques institutionnelles en matière de science ouverte. La plupart d'entre eux sont activement impliqués dans l'écosystème de l'EOSC et participent aux Taskforces de l'EOSC-A. »

En bref : « La science ouverte n'est possible que si les chercheurs l'abordent de manière positive », conclut Chris : « Un chercheur heureux signifie une société heureuse. Les scientifiques mènent des recherches passionnées et ont besoin de l'infrastructure nécessaire pour atteindre leurs objectifs. Je pense qu'il est très important que nous restions concentrés sur les principes fondamentaux de l'Open Science, c'est-à-dire faire progresser la science au profit de la société, et que nous nous concentrions bien sûr notre core business, à savoir la recherche effectuée par des scientifiques, et que nous réduisions au minimum la surenchère en matière de gouvernance ou de frais généraux. La science ouverte, c'est tout simplement de la science bien faite ! »

À propos de Chris De Loof

Picture of Chris De Loof

En tant que conseiller politique principal au Bureau belge de la politique scientifique (BELSPO), Chris de Loof travaille sur les stratégies numériques pour la recherche scientifique et le patrimoine culturel. Chris est un promoteur de longue date des données ouvertes et FAIR et de la science ouverte. Depuis plusieurs années, il travaille en tant que responsable de l'innovation et conseiller EOSC chez Belnet. Il s'intéresse aux collaborations innovantes et transversales entre les professionnels du patrimoine culturel et les chercheurs, principalement dans les domaines des sciences humaines et sociales. Chris est délégué auprès du groupe d'experts de la Commission sur l'espace européen commun des données pour le patrimoine culturel (European Data Space for Cultural Heritage – CEDCHE). Il est également président de l'assemblée générale de DARIAH, l'infrastructure de recherche européenne pour les humanités et les arts numériques, et représentant belge dans l'infrastructure de recherche européenne dédiée aux sciences du patrimoine (European Research Infrastructure for Heritage Science – E-RIHS).

 

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant?

Copyright © 2024 Belnet.